9 place des Alliés 68290 MASEVAUX - T. 03 89 38 81 75

Dispositifs


Quelles sont les différentes étapes à respecter ?

 

La collecte : Elle consiste à acheminer les eaux usées domestiques provenant des différents équipements de l’habitation vers le prétraitement.

Le prétraitement : Il retient les matières solides et les déchets flottants. Attention, les effluents en sortie de prétraitement contiennent encore 70 % de la pollution initiale.

Le traitement : Il disperse les effluents dans le sol en place ou dans des matériaux rapportés. Au cours de l’infiltration, les microorganismes présents dans le sol ou dans les matériaux rapportés dégradent la pollution apportée.

L’évacuation : Elle s’effectue soit par infiltration dans le sol, soit par un rejet vers un site naturel ou aménagé.

Les règles à connaître

 

Dans le cas d’une maison individuelle, le nombre de pièce principales (PP) permet de définir la relation avec l’équivalent-habitant (EH) selon la formule : 1PP = 1EH

Dans les autres cas, il convient de se référer à une étude particulière pour définir la capacité d’accueil et le dimensionnement en conséquence de l’installation.

 

Capacité nominale de la fosse

Nombre de pièces principales PP Volume de la fosse toutes eaux
1 à 5 3 m3
6 4 m3
7 5 m3
Par pièce supplémentaire + 1 m3

 

Le volume minimum d’une fosse toutes eaux est de 3 m3 (3000 l) pour une maison comprenant jusqu’à 5 pièces principales. Une FTE ne peut être plus petite.

 

 

Hors zone de circulation, de stationnement, cultures et de plantations (et à 3 mètres de tout arbre). Prétraitement placé au plus près de l’habitation et facilement accessible pour la vidange.

Filière d’assainissement placée à au moins 35 mètres par rapport à un puits utilisé pour l’eau potable.

 

 

 

Le prétraitement

– Le bac dégraisseur : dans la plupart des cas, il est situé en amont de la fosse toutes eaux il retient huiles, graisses et flottants ainsi qu’une partie des matières lourdes. Cet ouvrage ne se justifie que dans le cas d’importants rejets de graisse ou lorsque la fosse toutes eaux est éloignée de l’habitation.

Dans les autres cas, sa mise en place devra être évitée (entretien fréquent nécessaire…).

 

– La fosse toutes eaux : Ce dispositif doit permettre de prétraiter l’ensemble des eaux usées de l’habitation (eaux vannes et eaux ménagères) il doit être placé le plus près possible de l’habitation. Son rôle est de retenir les matières solides et les déchets flottants mais aussi de liquéfier les matières polluantes. Elle est équipée d’une ventilation assurant l’évacuation des gaz de fermentation.

– Le préfiltre : Situé en aval de la fosse toutes eaux ou incorporé à celle-ci, il permet de retenir les grosses particules solides qui peuvent s’échapper de la fosse toutes eaux. Il évite ainsi le risque de colmatage du dispositif de traitement. Il est constitué de matériaux filtrants (pouzzolane, cassette, filet filtrant…).

Il n’a pas de fonction épuratoire (traitement).

      

 

 

 

Entretien : il est conseillé de laver au jet, une fois par an, les matériaux filtrants, sans relarguer les matières dans le dispositif de traitement.

 

 

– La pompe de relevage : peut être nécessaire lorsque la sortie des eaux usées ou traitées est la plus basse pour alimenter le dispositif de traitement ANC ou pour rejoindre l’exutoire.

Le traitement = traitement secondaire 

C’est l’élément fondamental de votre installation, le dispositif de traitement est déterminé en fonction de la nature du sol, de la pente et de la surface du terrain dont vous disposez. Dans tous les cas, il est nécessaire de demander une étude d’aptitude du sol à l’assainissement non collectif à une entreprise spécialisée.

La réglementation et notamment l’arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables à l’assainissement non collectif.

 

Les installations d’Assainissement Non Collectif sont réparties en deux grandes famille :

 

 

 

  • Fosse toutes eaux (FTE) + épandage à faible profondeur dans le sol naturel (lit filtrant drainé)
  • Fosse toutes eaux + dispositif de traitement reconstitué avec du sable (lit filtrant non drainé)

 

 

 

 

  • Filtre compact (laine de roche, fragment de coco, écorce de pins…)
  • Microstation
  • Phyto épuration (filtration par les plantes).

 

Cas des toilettes sèches : sont aussi considérées comme une filière d’assainissement non collectif. L’utilisation de toilettes sèches doit être associée à une filière de traitement des eaux ménagères. Les résidus doivent être compostés de valorisées sur la parcelle.

 

 

 

 

Information à savoir 

 

 

 

Une ventilation : de tous les ouvrages de prétraitement est obligatoire. Celle-ci est assurée d’une part la ventilation primaire : une prise d’air en amont des ouvrages (prolongation de la chute de colonne des eaux à l’air libre de diamètre 100) et d’autre part la ventilation secondaire, par une canalisation spécifique d’extraction des gaz, prolongé au-dessus des toits ou qui peut rester à côté de l’ouvrage remontée de 50cm et munie d’un extracteur statique ou éolien.

 

 

Les toilettes sèches : voir filières agrées

Pauline WININGER
Technicienne Environnement SPANC
COMMUNAUTÉ DE COMMUNES
Vallée de la Doller et du Soultzbach
9 place des Alliés
68290 MASEVAUX-NIEDERBRUCK
Tél : 03 89 38 81 75
pwininger@cc-vallee-doller.fr